Pour être commercialiser à l’étranger les campements se sont regroupés en une agence de voyage Safar gérée par le responsable du campement de Bankoualé , Houmed Ali Les campements appliquent tous les mêmes prix : 8000 ou 10000 FDJ entre 42 et 52 euros pension complète +guide sans la voiture… Ce prix peut paraître cher et cela est du à ce que pour la plupart des campements une partie de la nourriture, de l’eau viennent de Djibouti-ville. Par ailleurs la plupart d’entre eux ont une activité complémentaire pour subvenir aux besoins de leur famille. A noter que dans l’organisation afare, il n’y pas de notion de propriété privée. Les terrains appartiennent à la collectivité ce pourquoi les campements ne peuvent fonctionner qu’avec son accord et que les retombées positives vont à la population locale.

de Bankoualé

puce Le contexte

Dans la partie Nord de Djibouti, la région de Bankoualé se trouve dans la région montagneuse (entre 1200m à 1700m) au climat doux ( 20°C à 23°C pendant la saison fraîche.. ) sur une superficie de 400 à 500 km2. La population est estimée entre 4000 et 5000 habitants. Le caractère montagneux de la région et son éloignement par rapport aux zones urbanisées a permis le maintien d’un mode de vie traditionnelle. L’économie de la région est basée sur l’élevage ( bovins, caprins et ovins) et le secteur agricole polyculture où fruitiers (manguiers, bananiers, agrumes, vignes, papayes.. ) se combinent avec les légumes les plus variés : haricots verts, petits pois, salade,...
Les principaux problèmes de la région :

  1. zone enclavée oubliée dans les projets de développement. les pistes sont entretenues par les communautés locales.. le projet apicole est né d’une initiative privée et la formation du responsable de son projet est le résultat d’une recherche personnelle.
  2. la population a besoin de formation en apiculture, agriculture éducation santé
  3. l’écoulement des produits agricoles vers les marchés urbains est un réel problème.

puce Le projet touristique

C’est une région à vocation touristique depuis très longtemps ( randonnée, découverte faune, flore, douceur du climat), seulement les infrastructures touristiques y faisaient défaut. Le projet est né de la volonté de contribuer au développement local en aménageant un centre touristique d’une capacité d’accueil de 80 personnes avec des matériaux totalement intégrés à l’environnement et l’électricité solaire. C’est un projet solidaire qui contribue de manière directe à la création d’emploi et indirectement à la promotion de l’agriculture et de l’artisanat par les achats de fruits, de légumes et des produits artisanaux au sein du centre touristique.

puce L'organisation locale

L’Association pour le Développement Intégré à l’Environnement porteuse du projet est principalement composée de membres actifs et relativement jeunes originaires de la région de Bankoualé. Le taux de chômage parmi la jeunesse y est très élevé. La diversité des activités en complément du tourisme s’y imposait d’où la création du centre apicole. L’apiculture existait déjà de manière traditionnelle (essaim d’abeilles sauvages), mais était menacée de disparition. En créant parallèlement ce centre, l’association diversifie ses activités et améliore le savoir-faire existant en matière d’apiculture. De plus cette activité s’intègre parfaitement avec l’agriculture.
Le Centre apicole a été financé par l’ambassade des Etats Unis. Le responsable a été formé en France grâce à la Coopération française. Il a été formé pour être aussi formateur, aussi ce projet permet de dépasser le cadre de Bankoualé pour les possibilités de formation dispensée aux intéressés de toutes les régions du pays.

L’organisation travaille avec les agences de tourisme de Djibouti qui s’occupent des réservations et l’organisation prend en charge le déplacement, la restauration et l’hébergement des touristes.

Au niveau étranger : premiers contacts avec l’ADEN ( notamment mise ne contact avec un cabinet de consultant en agronomie, et premiers contacts avec des tours operators)

puce Les résultats


  1. Le centre a démarré avec 4 toukouls (cases traditionnelles), une toilette et une salle de restauration en 1997. Aujourd’hui le centre dispose de 20 paillotes, 6 douches et toilettes et 3 salles de restaurations, un terrain de pétanques, un parking de voitures. La capacité d’accueil est de 80 personnes.
    Création d’emploi : 12 au centre touristique et 4 au centre apicole. Les activités touristiques du centre ont de plus contribué au développement de l’artisanat local et à la promotion de l’agriculture.
    Le nombre de touristes est évalué à 1500 pers /par an surtout entre octobre et mai.
    Le contact avec la population locale ne pose aucun problème, les guides sont des jeunes du village et l’accueil dont bénéficient les touristes se promenant dans le village de Bankoualé situé juste en face du campement, est la meilleure « charte » et la meilleure évaluation de la légitimité de ce projet.

puce Les difficultés

La région n’est accessible que par piste en 4X4. Le nombre de 4X4 ainsi que la fréquence des voyages reste dérisoire face à la demande de la population. Il n’est pas rare de rencontrer dans un pick-up prévu pour 9 personnes : 20 à 30 voyageurs.
Les agriculteurs sont des éleveurs fraîchement reconvertis à l’agriculture et sont confrontés à des problèmes phytosanitaires importants. Par ailleurs ils ont des difficultés à s’approvisionner en semences. Il n’y a pas encore d’intégration entre l’élevage et l’agriculture. Enfin il n’y a pas de dispensaire ce qui représente une contrainte majeure.

puce Les perspectives

Continuer la promotion et la sensibilisation sur le tourisme et le développement. Fidéliser la clientèle.

Renforcement du système d’accueil et amélioration du système d’infrastructure. Intégration de nouvelles activités en complément du tourisme : apiculture, artisanat, danse et folklore local.


puce Les perspectives

  1. formation des guides
  2. amélioration du campement  qui , cependant est le seul à avoir des plaques solaires !

Coopération avec la coopérative artisanale du village voisin d’Ardo.

 

contact :
Houmed Ali :( 253) 814175
safar.djibouti@gmail.com

Coopération avec l’Association Communautaire du Village d’Ardo-Bankoualé
Le village d’Ardo est voisin de Bankoualé . Tous les touristes y passent . Aussi Masso Houmed a mis en œuvre une action pour la promotion de l'artisanat, l'éco-tourisme et l'agriculture en formant dans un premier temps les femmes et filles: alphabétisation et l'amélioration de leur technique de production ainsi que leur organisation en coopérative.Les femmes et jeunes filles agricultrices ont reçu pour leur part une formation spécifique en technique de productions maraichères.
On a assuré l'organisation et le suivi pour la construction d'un local du centre artisanal qui sert à la production et à l'exposition-ventes des produits artisanaux.
Ces produits sont confectionnés par les femmes et les jeunes filles de la communauté qui en tirent un revenu substantiel grâce au passage des touristes qui vont au campement de Bankoualé
Par ailleurs commence à se développer un tourisme chez l’habitant.


Bankouale-1
Bankouale-1
Bankouale-1
Bankouale-1
Bankouale-1
Bankouale-1
Bankouale-1